Le parc National de la Chapada Diamantina est situé au beau milieu de l’état de Bahia, comme une île verte de 150.000 hectares posée dans le Sertao semi aride. Une très grande variété d’écosystèmes se sont développés ici, comme le Cerrado, la Forêt Atlantique, les Champs Rupestres et la Caatinga. Les bromélias et les orquidées y ont trouvé un milieu privilégié, s’adaptant au climat sub tropical et à l’altitude moyenne de 1000 mètres.

Les « Serras »qui culminent à 1700 m dans le massif de l’ Esbarrancado offrent les grands espaces nécessaires aux félins, jaguatirica (ocelot) et puma, aux rongeurs comme le moco (Kerodon rupestre) ainsi qu’aux seriemas (émeu), teius (lézard géant) et chevreuils.
Les massifs de quartz qui ont résisté à l’érosion depuis le pré-cambrien ont formé des tours minérales très prisées par les indiens Cariris et Maracas qui dominaient la région avant l’arrivée des premiers « bandeirantes », ces troupes exploratrices et souvent meurtrières des 16ème et 17ème siècles.

Le Morrão, le morro do Camelo et le Pai Inácio défient le temps et alimentent les légendes locales.
Les villes situées autour du parc présentent de beaux exemples d’architecture coloniale datant de l’époque où l’extraction du diamant avait fait du Brésil le premier producteur mondial. Les pistes ouvertes alors par les « garimpeiros » (chercheurs de diamants) sont aujourd’hui de merveilleux chemins de randonnée.

Les principales rivières de l’état de Bahia cachent leurs sources dans les contreforts de la Chapada Diamantina qui fonctionne comme le grand réservoir d’eau potable de Salvador. Le Paraguaçu et le Rio de Contas ont creusé de profondes vallées, avec une débauche d’ imagination à la cascade de la Fumaça, dans la vallée du Pati, à Capao, à la cascade du Mosquito, et au mont du Pai Inácio.

Le parc National de la Chapada Diamantina a été décrété en 1985 et passe actuellement par une phase d’organisation foncière dont la responsabilité revient au Ministère de l’environnement (ICMBio). Le centre administratif du parc est installé à Palmeiras.
Les agences locales offrent de nombreux circuits en randonnée en particulier dans la vallée du Pati et dans la partie nord du Parc entre Palmeiras et Lençois. Il est également possible de pratiquer l’escalade, des balades en mountain bike, des circuits en Quad ainsi qu’une vaste gamme de séjours thérapeutiques ou d’expèriences chamaniques.

Les associations locales à but culturel ou économique dynamisent la région, les producteurs de miel (Flor Nativa à Palmeiras) ou les centres culturels (Grio de Lençois – Cirque du Capao) proposent des séminaires et rencontres de grande qualité

LES CARTES DE LA REGION


Carte routière régionale

La route entre Palmeiras et la Vallée du Capão (Caete-Açu) est sans difficultés et se parcourt en 30 mn environ.

La route secondaire qui relie Mucugê à Palmeiras est de bonne qualité entre Mucugê et Guiné (gravier), la partie entre Guiné et Palmeiras doit être faite à vitesse réduite à cause des trous. Le point de vue sur la cordillère de l’Esbarrancado est magnifique tout au long de cet itinéraire.

A estrada que liga Abaira, Piatã e Boninal está em excelente estado até chegar na BR 242 perto de Seabra.O trecho Rio de Contas, Jussiape, Abaira é ruim, muita areia. Em Jussiape pode-se optar para o leste e alcançar Mucugê(cascalho razoável entre Jussiape e asfalto).

A estrada que liga Lençóis a Andaraí (antiga rodagem do garimpo) só pode ser feita por veículos off-road, tendo mesmo assim dificuldade na travessia dos rios Roncador e Garapa dependendo do nível das águas.

Les amateurs de mountain-bike trouvent dans la région d’excellents circuits aussi bien en dehors du parc qu’à l’intérieur : Circuits Lençois / Pai Inácio via Barro Branco, Vale do Capão / Morrão, Pai Inácio / Morrão, Guiné / Capão…..

Enfin pour obtenir du cash sachez que seules les villes de Lençois, Palmeiras et Mucugê sont équipées de distributeurs.

Parque Nacional da Chapada Diamantina

Randonnées Principales du parc National de la Chapada Diamantina

Cette carte régionale est seulement indicative. Il est possible de faire des centaines de kilomètres de sentiers à l’intèrieur du parc national mais il faut savoir qu’il n’y a aucun balisage sur les chemins.

Certains sites peuvent être atteints sans l’aide d’un guide mais il est alors nécessaire de bien se renseigner auprès d’organismes ou de personnes compétentes. La plus grande partie du parc n’est pas accessible en voiture et certaines zones comme la vallée du Pati sont à plusieurs heures de marche du plus proche village. Les conditions climatiques peuvent changer très vite et exposer les trekkeurs à des changements d’itinéraire. Nous conseillons aux amateurs de randonnée de prendre les services de guides ou d’agences régionales pour leur découverte, ils pourront ainsi profiter de cette merveilleuse région sans risque inutile.

L’agence locale Tatu na Trilha propose différents circuits dans la Chapada Diamantina qui vous aideront à découvrir la région en fonction du temps dont vous disposez et du type de tourisme qui vous convient

Parque Nacional da Chapada Diamantina

GROTTES ET CAVERNES


Plusieur sites souterrains remarquables se trouvent dans la région de Itaete, au sud est du Parc National. Le Poço Azul et le Poço Encantado, deux lacs souterrains dans lequel pénètre un rayon de soleil inspiré, de septembre à mars . Le poço Encantado est cependant quelque peu victime de son succés et la visite en temps limité souffre souvent d’une longue attente… le Poço Azul est lui plus facilement accéssible et on peut y nager! Il est possible de faire un circuit à la journée passant par les deux sites au départ de Lençois mais il faut s’astreindre à cinq heures de route. Une option intéressante consiste à visiter les poços et aller ensuite sur le village d’ Igatu pour y passer la nuit, moins fatiguant et plus complet.

Les grottes du parc Spéléologique de Iraquara, près de Palmeiras, constituent un des plus grands réseaux sous-terrains du Brésil. Les plus visitées et mieux aménagées sont celles de Lapa Doce, Torrinha et la Pratinha (celle-ci souventent envahie de touristes). Les agences de Lençois proposent toutes ce circuit à la journée en y incluant la visite au mont du Pai Inacio, attention cependant aux regroupements qui peuvent être attractifs au niveau tarif mais vous plongeront dans un groupe risquant de compromettre la qualité du circuit.

La caverne Torrinha a été découverte il y a quelques années par une association française de spéléo, le Groupe Méandres, et est actuellement aux petits soins de Eduardo, le propriétaire des terres environnantes qui réalise un travail remarquable de préservation et d’information. Il parle avec émotion de Valérie, la française qui a mis à jour l’entrée de la grotte…Trois circuits différents sont proposés, de la simple visite à la découverte complète de trois heures, à ne pas manquer.On y découvre des fleurs d’aragonite ainsi que des aiguilles de gypsite de 60 cm, superbe.Les guides locaux sont compétents et vous emmènent avec l’éclairage nécessaire.

Un autre site peu connu également souterrain est l’ancienne mine de diamants, unique dans la Chapada qui se trouve dans le village d’Igatu proche d’Andarai, lui même constituant une curiosité. Cette mine appellée localement le « brejo » était anciennement équipée d’un système de wagonnets qui servaient à extraire le minerai qui était ensuite traité à la surface. Le gardien de ce site est un ancien garimpeiro reconverti, le Sr Badega propose une visite trés vivante et captivante de ce lieu hors du commun. Le village d’Igatu est constitué d’une partie « moderne » où se trouvent quelques pousadas et restaurants et de la partie anciennement habitée par la population des chercheurs dont les maisons en pierres étaient adaptées à la géologie locale, un dédale de ruelles posées sur des pierres cyclopéennes. Un sîte remarquable.

CASCADE DE LA FUMAÇA


La cascade de la Fumaça est un spectacle unique au monde et l’un des points les plus visité de la Chapada Diamantina. Le sentier qui y mène a ses origines à l’époque des chercheurs de diamants qui atteignaient par là les sites de recherche des rios Capivara et Palmital. Elle a été en partie chaussée de pierres au début du siècle pour permettre l’accès du bétail qui trouvait en altitude des paturages lors de la sécheresse du « sertão ».

Avec 400 mètres de chute libre, c’est la deuxième plus haute cascade du monde, aprés le « Salto Angel » au Vénézuela. La quantité d’eau faiblit de mai à septembre lors de l’hiver régional mais la balade vaut toujours la peine, superbe.

La première partie de la piste est relativement ardue avec un dénivelé de 300 mètres. On découvre progressivement les « serras »du Rio Preto et la Vallée du Capão. Le plateau où souffle un vent constant et rafraîchissant s’atteint aprés une heure de marche.

La rivière de la Fumaça se jette dans le rio Capivara qui s’écoule dans le São José, lui même affluent du Rio Paraguaçu qui court jusqu’à la Baie de Tous les Saints avec la bénédiction d’Oxum déesse des eaux douces !!

Temps de marche Dénivelé  Distance aller Hauteur de chute Altitude maxi
2h (aller) 320 mètres 6 km  380 metres  1320 metres

AUTRES CASCADES


La Chapada Diamantina doit une grande partie de son aura à ses cascades qui surgissent au long des reliefs. Elles sont souvent spectaculaires et permettent de s’y baigner ce qui ravit le visiteur ou le randonneur. Quel plaisir de se laisser masser par les trombes d’eau venues du ciel! On ne se baigne pas à la cascade de la Fumaça mais on peut juste après la randonnée faire un petit détour par la cascade du Riachinho où il est possible de se mettre exactement en dessous des flots tumultueux et se remettre ainsi des efforts de la journée. Même plaisir sous les flots de la cascade du Mosquito qui impressione par sa hauteur et son cadre exceptionnel. La cascade du Buracao dans le sud de la Chapada a creusé la roche et formé un étrange défilé dans lequel on peut se glisser pour atteindre le lac au bas de la chute, on a ici un véritable sanctuaire aquatique. La cascade du Mucugezinho connue également comme Poço do Diabo n’a rien de diabolique puisqu’elle offre un cadre divin, entourée par de hautes murailles naturelles et ornée de végétation. Le lac qu’elle forme permet de nager sur plus de 80 mètres et d’aller reçevoir la bénédiction des eaux du rio Mucugezinho. On citera également pour leur caractère celles du Palmital, de l’Encantada, dos Brejoes, de la Mandassaia, du Rio Preto et pour finir celle de la Purificaçao, petit joyau de dame nature que découvrent les marcheurs enchantés, la maison d’Oxum, déesse des eaux douces!

LA VALLÉE DU CAPÃO


La vallée du Capão, à 50 km de Lençois, a longtemps été une base stratégique pour les chercheurs de diamants qui travaillaient dans les montagnes environnantes de 1860 à 1930. La fin du cycle du diamant a favorisé l’éclosion d’une économie basée sur la production de café et de bananes. L’arrivée dans les années 80 de personnes issues des grandes villes brésiliennes à la recherche d’une vie plus proche de la nature a peu à peu transformé la vallée. Plusieurs communautés ont alors vu le jour avec comme principe de vie l’agriculture familiale et la recherche d’une voie spirituelle liée à la nature. Les années 90 ont apporté le tourisme et de nouvelles opportunités pour l’ensemble des habitants. Les communautés ont alors proposé avec succès des stages en tous genres allant de la médecine naturelle aux séjours chamaniques.

Un large mouvement associatif travaille actuellement à la définition d’un modèle de développement durable qui permette la croissance de l’économie locale tout en préservant l’équilibre écologique et social de la vallée. La chorale, l’école de cirque tenue par un français et la troupe de théatre animent notamment les soirées au village. De nombreux artistes brésiliens, sud américains et európéens y ont élu domicile donnant au village une allure bohème et bon enfant oú l’on entend toutes sortes de langues. Le village de Caete-Açu s’est adapté aux changements sans perdre son originalité et la vallée du Capão compte aujourd’hui plus de deux mille habitants.

LES VILLES AUTOUR DU PARC NATIONAL


La traditionnelle capitale de la Chapada Diamantina offre au visiteur une bonne structure d’hotels et d’agences de voyage. L’architecture coloniale nous projette dans le passé avec ses rues étroites et colorées dans lesquelles il est possible d’imaginer les chefs du diamant avec leurs costumes de lin. Les bâtiments ont été réformés avec soin et sont occupés aujourd’hui par de nombreux commerces. La rua das pedras est l’artère commerçante de la ville où on trouvera facilement à se restaurer ou boire un verre le soir venu.

Deux églises et l’ancien vice consulat de France , le très beau bâtiment du musée du garimpo constituent les repères architecturaux de la ville. Beaucoup d’artistes ont choisi Lençois pour s’installer et offrent leur production dans des ateliers rustiques, ainsi que des professionels de sports extrèmes et des masseurs de tous les horizons. Le « projeto Grio » est une association qui s’investit dans l’éducation des moins favorisés et a reçu de nombreux prix de l’Unesco et d’autres institutions internationales; des ateliers de dessein, de fabrication d’artisanat, des cours d’informatique, enfin un centre de culture et de développement qui vaut la visite.

Le succés connu par la ville entraine une pression quelquefois génante sur les circuits touristiques les plus faciles comme le « Ribeirão do Meio, le « Sossego » ou la « Cachoeirinha ». Les amateurs de trek devront s’éloigner pour savourer le calme de la Chapada Il y a de nombreuses options de trek, il suffit de demander à l’agence ou au guide. Quelques belles randonnées se font à partir de Lençois comme la traversée Lençois Capao,(5 à 6 hs de marche) une journée sur les traces des caravanes de muletiers qui approvisionnaient Lençois. La ville s’anime en fin d’aprés midi lorsque les visiteurs reviennent vers le centre ville pour profiter des nombreux bars et restauranrs de la ville. On y mange en général trés bien et les hotels offrent toute la gamme, du plus simple hébergement type Hostel à des pousadas de charme de grande qualité.

Hotel Canto das Aguas; pousada Vila Serrano; Hotel de Lençois, pousada da Fonte; Pouso da Trilha; Estalagem Alcino sont quelques uns des hébergements disponibles

Egalement fondée à la grande époque du diamant (1890), la tranquille Palmeiras mérite une visite à ses beaux immeubles de facture coloniale, principalement autour de la place de l’église. Centre commercial régional, le marché du samedi est très typique avec ses artisans du cuir et ses vendeurs d’herbes parfumées, le tout amené à dos de dizaines de mules qui donnent à la grande place du marché un air de far west. Le carnaval de Palmeiras (février/mars) est le seul de la région et attire une grande foule de fétards venus des quatre coins de la Chapada. Le développement de la ville se doit actuellement à l’essor touristique de la vallée du Capão. Les amateurs d’anthropologie trouveront de quoi les satisfaire dans les cavernes décorées de centaines de desseins du « Matão ». Le centre administratif (Ibama) du parc national se trouve à l’entrée de la ville. Il est possible de rejoindre Mucugê par une piste en assez bon état qui longe la cordillère de l’ Esbarrancado et passe par le petit village de Guiné (point de vue superbe sur la chaine de montagnes).

Banque Bradesco avec distributeur de billets 24h (Visa et Mastercard) au centre de Palmeiras Administration du parc / IcmBio : 75 33322229 Secrétariat du Tourisme : 75 33322211

Hebergement à Capao: pousada Tatu Feliz; Pousada do Capao; pousada Lendas do Capao; pousada Lagoa das Cores, pousada Terra do Poente; Castelar Alvorada….

La ville a été marqué par la recherche du diamant qui a concentré ici et pendant plusieurs dizaines d’années des milliers de chercheurs, avec le cortège habituel de malheureux et de destruction que cette activité prédatrice a engendré.Le tourisme commence a redonner à la ville une économie équilibrée, beaucoup de jeunes trouvant dans le travail de guide une activité indépendante et rémunératrice. Le petit village d’Igatú à quelques quilomètres est sans doute un des endroits les plus exotiques de la Chapada avec ses murailles centenaires et son décors de cinéma rupestre. On peut accéder à partir de Andaraí à la vallée du Paty, totalement isolée et habitée seulement d’une vingtaine de familles, prévoir de dormir sur place chez l’habitant. Enfin on peut également visiter la très belle plaine fluviale du « Marimbus » riche en poisson et faune avicole, un must.

Pousada Ecologica 33352176 Pousada das Pedras à Igatú 32356226

L’ancienne « Santa Izabel do Paraguaçú » a su conserver son charme provincial allíé à une altitude de 1000 mètres qui donne à la ville un climat des plus agréable.Le centre de recherche et de visite « Sempre Viva » est tout à fait intéressant pour en savoir un peu plus sur les immortelles (fleurs durables) qui sont devenues le simbole de la région. L’architecture intégrée à son milieu rocailleux est du plus bel effet, elle est du à un français (Jean Yves) qui a développé le centre à ses débuts. La partie du musée consacrée à l’histoire du diamant est remarquable et présente des documents de grande qualité. Les amateurs de trek trouveront de nombreuses et belles randos, entre autres la remontée du Rio Preto.

Plusieurs hotels de qualité: Pousada Monte Azul. Alpina Resort 33382150 Pousada Mucugê 33382210

Ce petit village enclavé dans les contreforts de la « serra » permet de sentir l’ambiance qui a régné pendant un siècle sur la Chapada car il n’a été que trés peu modifié si ce n’est par le temps qui a éliminé les toits des anciennes habitations pour n’en laisser que les murs. Comme une Pompéi de la Chapada qui aurait résisté au départ de la plus grande partie de ses habitants, on devine en se promenant dans ces ruines l’agitation qui entourait l’exploitation de la pierre précieuse. Le centre Arte e Memoria tenu par l’excellent Marcos rassemble des oeuvres d’artistes régionaux et de beaux objets de l’époque diamantifère. On pourra se rendre en deux heures de randonnée à la rampe de Cain, un point de vue sublime sur les canions du Paraguaçu. Les petits restaurants locaux encastrés entre des rocs cyclopéens offrent une culinaire régionale soignée.

Pousada Flor de Açussena; pousada Pedras de Igatu

L’agence locale Tatu na Trilha propose différents circuits dans la Chapada Diamantina qui vous aideront à découvrir la région en fonction du temps dont vous disposez et du type de tourisme qui vous convient Tatu na Trilha.

COMMENT VENIR – TRANSPORTS


Gare routière de Salvador, destination Seabra, arrêt à Palmeiras ou Lençois.

Aller Salvador -> Lençois ou Palmeiras Retour Palmeiras -> ou Lençois Salvador
Départ Salvador Arrivée Lençois Arrivée Palmeiras Départ Palmeiras Départ Lençois Arrivée Salvador
07h 13h 14h 6h40 07h30 14h50
13h 19h 20h 12h25 13h15 20h20
17h 22h25 23h 22h40 23h30 06h20
23h 05h 05h40

À Palmeiras, des taxis collectifs attendent les passagers à la sortie du bus (sauf pour l’arrivée à 00h30) pour les emmener à la vallée du Capão.Trajet d’environ 40 min. Arrêt en face de l’agence, à la pousada Tatu Feliz (R$ 15 par personne si la voiture est complete). Idem pour le retour vers Palmeiras.

Option: transport privé de Palmeiras à la vallée du Capão 45 €

Achat des billets de bus directement sur le site de la Real Expresso www.busbud.com/fr ou à la gare routière de Salvador (rodoviaria) Compagnie Real Expresso (Rapido Federal), 25 € environ le trajet. Il est recommandé d’acheter vos billets 24 heures à l’avance.

Nous pouvons commander vos billets et les faire déposer au guichet de la Cie Real Expresso (dans le terminal de bus de Salvador, premier étage lá oú se trouvent les guichets ) le jour de votre départ. Ils vous seront alors remis sur présentation des passeports, ce sera facilité si vous expliquez »temos passagens já reservadas ». Le tarif du billet est alors de 33 €, . Vous pouvez prendre vos billets retour ici même, directement au bureau de la Real Expresso à Capão.

Lençois – Vallée du Capão
Aller : bus pour Palmeiras (05h00, 13h00, 19h00 et 22h25) puis taxi collectif pour Vallée du Capão (R$15 indicatif).
Retour : taxi collectif pour Palmeiras puis bus pour Lençóis (6h40, 12h25 et 22h40)

Chapada Diamantina – Boipeba ou Morro de São Paulo.
Bus de Palmeiras (22h30) ou Lençois (23h30) pour Feira de Santana (arrivée vers 4h45) puis bus direct jusqu’à Valença à partir de 5h30 (4 heures de trajet – entreprise Santana).
Bateaux pour Morro (toutes les heures) ou “lancha Garça Branca” (bateau rapide) pour Boipeba (10h00 et 12h00 – 1 h de traversée). Retour Boipeba-Valença: 7h, 9h, 12h, 16h
Réservation par internet possible: www.islandtour.com.br

Prendre la BR 324 Salvador – Feira de Santana puis la BR 242 jusqu´à Palmeiras puis 20 km de piste jusqu’à la vallée du Capão, environ 6 heures de trajet.

Aéroport Horácio de Mattos (Tanquinho) à 60 km de Lençois. Vol à partir de Salvador avec Azul Linhas Aereas. Deux vols A/R par semaine le jeudi et le dimanche à un prix très raisonnable, autour de R$ 220 l´aller, 40 minutes de vol. Possibilité d´organiser le transfert aéroport Chapada Diamantina / Vallée du Capão (R$ 200)
Possibilité d´organiser le transfert aéroport Chapada Diamantina / Vallée du Capão (R$ 350)